Crédit immobilier 2022 : Vers une hausse inévitable et confirmée des taux de prêt

0
848
hausse taux immobilier 2023

Au début du mois de septembre, les taux immobilier semblaient se stabiliser mais, visiblement, cela n’a pas duré bien longtemps.

Sans surprise, l’accès à la propriété devient de plus en plus tendu. En effet, les taux de crédit immobilier ne cessent d’augmenter des deux côtés de l’Atlantique, ajoutons à cela l’inflation et on obtient une situation quasiment critique.

Dans un contexte comme celui-ci, les banques semblent être prêtes à faire face à de plus en plus d’impayés et se prépare également à une baisse drastique des demandes de prêts immobilier.

hausse taux d'intérêt immobilier

Hausse des taux et inflation : un cocktail détonnant qui ne présage rien de bon…

En France, les taux de crédit immobilier d’une banque (toutes les banques sont dans le même bateau) tournent autour de 2%, tandis qu’aux États-Unis, ces derniers avoisinent les 7% ! La capacité d’emprunt des ménages diminue considérablement…

Selon le site Meilleurtaux, un tiers des dossiers de demande de crédit immobilier serait refusé car le prêt demandé engage les acquéreurs sur endettement trop important. Obtenir un crédit devient de plus en plus difficile.

Une étude a été menée par des courtiers Meilleurtaux et a été relayée par Le Frigo Immobilier et elle a mis en lumière ceci : près de 30% des dossiers sont désormais irrecevables, soit 9 points plus haut qu’en janvier 2021.

La question demeure : l’accès à la propriété sera-t-elle réservée à une minorité ? Et qu’en est-il de l’investissement locatif ?

Une capacité d’emprunt en chute libre et les prix de l’immobilier qui s’envolent

Le taux d’endettement maximum est fixé à 35%, c’est-à-dire que les mensualités à rembourser ne doivent pas dépasser 35% des revenus d’un ménage (assurance emprunteur incluse). Seul un dossier solide peut déroger à cette règle de 35% d’endettement mais ces dossiers représentent seulement 20% des demandes de prêt reçues.

Les crédits immobiliers devienne inatteignables

Toujours selon l’étude menée par Meilleurtaux, les dossiers recevables (c’est-à-dire ceux dont le taux d’endettement est inférieur ou égal à 35%) ne représentent plus que 58% des demandes, contre 72% en 2020.

Cette chute s’explique par la forte hausse des taux de prêt immobilier et l’inflation que l’on connaît actuellement en 2022. L’achat d’un bien immobilier sera tendu en 2023 et les banques se préparent à faire face à un marché de plus en plus compliqué.

Pour exemple : Un prêt immobilier contracté sur une durée de 20 ans présentait un taux de 1.1% en janvier 2022 contre 2.3% en octobre 2022.